Santé des poumons, maladie et yoga : part 3

Vous pouvez retrouver la partie 1 et la partie 2 de cette interview en cliquant sur les liens respectifs.

K: Comment les torsions aident les poumons?

T: Une torsion nous donne l’opportunité pour ouvrir les segments des tissus des poumons. Si vous fermez une aire,  les poumons compensent. le sang essaie de trouver où il peut aller pour échanger l’oxygène qu’il reçoit et le dioxyde de carbone. Quand on écrase une partie du poumon, une autre partie qui n’est pas compressée peut s’ouvrir pour une circulation sanguine maximale dans la circulation pulmonaire. 

K: Comment les postures vers l’avant aident les poumons? 

T: Les bénéfices viennent de la concentration a amener l’abdomen à l’intérieur. Cela permet au diaphragme de maintenir son mouvement de piston. Les postures vers l’avant renouvellent notre relation avec l’arrière et les côtés des poumons car ces parties s’ouvrent plus dans ces postures.

K: Comment les postures vers l’arrière aident les poumons? 

T: Les arcs étirent les muscles de la respiration: ils encouragent une expansion maximale de la cavité thoracique. Les arcs aident le diaphragme dans son rôle de piston et permettent aux muscles de l’abdomen de travailler une meilleur expiration. Parce que la cabe thoracique est essentiellement ailée et ouverte à son maximum de ses capacités, les muscles intercostaux deviennent long. Pour moi, c’est le plus bel exercice d’ouverture pour les poumons et pour les vois aériennes. Quand vous faites des arcs et que la tête est hyperétendue vers l’arrière, le diamètre de la trachée à la plus grande ouverture, ce qui amène de l’oxygène frais. 

K: Pourquoi le Pranayama est-il important pour la grossesse?

T: Une femme enceinte respire pour soutenir pas seulement sa vie mais aussi la vie de son bébé. Le bébé grandit et il presse contre le contenu abdominal de sa mère et plus tard contre le diaphragme. Le diaphragme est notre muscle respirateur primaire. Il aide les poumons à recevoir le souffle. Juste comme un piston, le diaphragme ne change pas son rayon quand il descend. Avec un bébé qui grandit en pressant le diaphragme de sa mère, l’amplitude de mouvement du diaphragme diminue.

Comme les mouvements du diaphragme sont spécialement compromis a l’approche du la naissance. La respiration devient de plus en plus rapide et peu profonde. C’est pourquoi beaucoup de mères expérience le challenge d’un manque de souffre. Respirer devient difficile parce que le corps de la mère a besoin de plus en plus d’oxygène et un relâchement équilibré du dioxyde de carbone. 

Pranayama permet à la mère de contôler les modèles de respiration pour restaurer l’équilibre entre l’apport d’oxygène et le relachement du dioxyde de carbone.  Dans les mots de BKS Iyengar,, « le système celllulaire est complètement énergisé »

K: Comment le yoga Iyengar peut-il intégrer plus de conscience dans nos cours pour amener la pratique respiratoire à un autre niveau?

T: Ce serait bénéfique si les professeurs de yoga pouvait parler de santé pulmonaire, hygiène, d’inhalation et d’expiration comme une manière d’amener le calme et un état de concentration au mental et au corps. Nous devons penser comment l’air que nous respirons nourrit nos cerveaux. Sans échanges gazeux, les organes ne peuvent recevoir d’oxygène et les muscles ne peuvent pas se détoxifier. C’est essentiel d’apprendre sur ce qui se passe dans notre cage thoracique parce que les bénéfices des asanas, quelque soit la région que vous travaillez, ne va pas s’améliorer sans la fonctionnalité des poumons. 

Retrouvez la partie 1 et 2 ici 

Merci 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *