Pourquoi le yoga est rock and roll?

Cet article est un coup de gueule ! J’aime bien les coups de gueule, ça permet parfois de choquer les esprits, de remettre les pendules à l’heure, d’être jugée ou encore détestée. Ça met un peu de piment, ça éveille les discussions. 

J’ai un raz-le-bol général. Tout ce qu’on voit est tellement édulcoré et aseptisé que j’ai du mal à m’y retrouver. Tout le monde met en avant la joie, la lumière, la beauté et on en vient à oublier notre condition humaine en mettant en avant qu’il faut trouver sa vraie nature, qu’il faut être un avec le monde, l’univers et que nous sommes tous connectés.

Est-ce que ma vraie nature avant tout, ce n’est pas d’être un justement humain ? Avec ses parts d’ombre, ses humeurs, ses émotions pas toujours agréable !

J’ai l’impression d’une vague New Age 2.0 ! Qui prône un travail et/ou éveil spirituel édulcoré à la Hollywood ! 

Evidemment, après un bon flow tout le monde est heureux et content. Le taux d’endorphine à son top. La vie est belle sur son tapis prana-eco-bobo.

J’ai du mal à comprendre qu’il n’y ait que cela qu’on mette en avant. Le yoga, ce n’est pas seulement ce petit moment magique post-pratique où j’ai envie d’embrasser tout le monde parce que je suis relax et détendue

Je dirais même qu’en général, la pratique de yoga, par son approche de nettoyage psycho-énergétique, elle fait plus de mal (dans le bon sens) que de bien.

Elle fait mal dans les parties de mon corps que j’évite d’éclairer parce que je sais que ce sont des endroits douloureux.

Elle fait mal parce qu’elle fait remonter à la surface les traumas cristallisés dans les cellules de mon corps.  

Elle fait mal parce que laisser passer la lumière intérieure vers l’extérieur, ça demande de la discipline et de la volonté. Et elle te met le nez dans le caca de tes conditionnements et tes constructions mentales. 

En fait, la pratique du yoga, elle est rock’n’roll, elle n’ a rien à voir avec la version bisounours de ce que j’observe pour le moment !

Demandez un peu aux ascètes qui pratiquent si ça sent l’huile essentielle de jasmin là ou ils pratiquent. Je me demande si la pratique aurait autant d’adeptes si on la pratiquait dans l’obscurité du monde. 

Parce que si tout le monde s’évertue à dire que le monde s’éveille, que donner ses cours de yoga à Bali ou au Costa Rica est magnifique. Je voulais juste vous dire, sortez de votre bulle et allez un peu voir ailleurs si vous y êtes.

Allez vous promener dans les quartiers défavorisés, dans les écoles en difficultés ou encore spécialisées, dans les sanatorium, dans les centres d’aide sociale ou dans les refuges pour migrants. Et vous verrez que si le monde s’éveille, et bien comme d’habitude, ce n’est réservé qu’à une certaine partie privilégiée de la société.

Et tant qu’on y est, parlons d’éveil spirituel tiens ! Un éveil spirituel, ça n’a rien à voir avec une cérémonie Ayahuasca où vous vivez une transe psychédélique qui vous permet sans doute d’être en contact avec votre subconscient qui vous dit que vous n’êtes qu’amour et que vous détenez la vérité ! Vous vomissez un coup et hop ça y est vous êtes éveillé !

Un éveil spirituel, c’est nettoyer le pus d’un plaie profonde. Tu vois la profondeur de ta blessure et tu as le cœur brisé. Tu es à vif, sans protection et ça te fait mal. Assainir tout ça va faire remonter tellement de douleurs que tu doutes. Et surtout, tu n’as pas envie de raconter au monde que tu vis un éveil parce que tu te sens comme un merde, tu te sens écrasé et tu sais que la guérison sera lente et fastidieuse. Chaque pas en avant vers cet éveil te donne la sensation de reculer. Et t’en vois pas le bout ! Ce n’est pas un aboutissement juste un chemin que tu as choisi de prendre. Il n’y a rien à valoriser là-dedans. C’est juste en toi et toi dans cette vie-ci et les suivantes. 

Allez ! Namastey ! Y à tout de même de la lumière là-dedans ! Ce sera propre un jour ! 

🙂

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *